Pourquoi Jura Vaud Sud ?

Pour que Sur Grati, Mollendruz, Les Grands Plats et Bel Coster soient sans éoliennes.

mercredi 9 mai 2018

Sauvez le Chasseron et le Creux-du-Van

Une campagne de signatures vient d'être lancée. Il s'agit d'une pétition lancée par de nombreuses associations de défense du paysage pour préserver les sites remarquables du Chasseron et du Creux-du-Van. Ceux-ci sont menacés par 3 projets de parcs éoliens. Toute personne, peu importe sa nationalité, son âge ou son lieu de résidence, peut apposer sa signature. Cela peut être fait en ligne: https://chasseroncreuxduvan.ch ou en imprimant une feuille de signatures téléchargeable sur le site pré-cité. De nos nombreuses informations (photos, vidéos, dossiers de presse et même concours photo) se trouvent sur le site. N'hésitez pas à aller y faire un tour !
N'oubliez pas aussi de soutenir les "petites" associations comme celle de Vol au Vent, qui s'occupe de cette région en particulier et qui a besoin de soutien (humain et financier).

dimanche 29 avril 2018

montage éolienne (vidéo)

Encore une fois, ça se passe ailleurs (et pour cause, puisqu'en Suisse, il n'y a pas eu beaucoup de nouvelles éoliennes ces derniers temps), mais ça montre bien le gigantisme de la construction d'une éolienne.

samedi 28 avril 2018

mercredi 21 février 2018

Reportage de Reporterre

Si vous cliquez sur le lien ici, vous pourrez lire un reportage intitulé L'éolien industriel, faussement écolo mais vraiment répressif. Alors, oui, cela se passe en France et en Suisse nous savons bien que les promoteurs sont de gentils petits agnelets, mais ça vaut le coup de prendre quelques minutes pour lire l'article. Alors, allez-y !

lundi 5 février 2018

Merci La Praz

La secousse a été assez forte et a été bien commentée dans les medias: le parc du Mollendruz ne se fera pas sous la forme présentée ces dernières années. Merci à La Praz et surtout aux personnes qui se sont déplacées et qui ont fait pencher la balance en faveur du paysage et du bon sens.
Toutefois, il va falloir rester vigilant car les sommes en jeu étant gigantesques, il ne faut pas s'attendre à ce que les promoteurs abandonnent aussi facilement !
Pour avoir un petit aperçu médiatique:

Du côté de Fribourg

Une nouvelle association anti-éoliennes a vu le jour en Romandie. Elle s'oppose au parc de l'Esserta qui comprendrait 42 éoliennes. Leur site est très intéressant: esserta.ch.
Vous y trouverez un travail photographique allemand qui fait la démarche inverse de celle faite d'habitude: le photographe a pris des photos de lieux avec éoliennes, puis il les a effacées. On ne peut donc pas le traiter de manipulation et c'est assez impressionnant ! Pour y accéder directement: avant-apres.

mercredi 24 mai 2017

Bel Coster enquête publique française

Non, il ne s'agit pas d'une seconde mise à l'enquête suisse, mais de la mise à l'enquête publique côté France. Nous avons appris que tout le monde peut faire des remarques lors de cette mise à l'enquête, que l'on soit sur territoire français, suisse ou néo-zélandais ! Donc, il ne faut pas hésiter, surtout que la démarche est plus simple que chez les Helvètes.

Trois possibilités s'offrent à vous:

1. Se déplacer en mairie pour discuter avec le commissaire enquêteur. Pas facile pour tout le monde...

2. Envoyer un courrier postal à la mairie de Jougne, à l'attention de Monsieur François Goutte-Toquet, commissaire enquêteur.

3. Envoyer un email à l'attention du commissaire enquêteur (toujours Monsieur François Goutte-Toquet).
pref-observations-enquetes-publiques@doubs.gouv.fr

4. Cliquer sur le lien suivant: http://doubs.gouv.fr/Politiques-publiques/Amenagement-du-territoire-Construction-Logement-et-Transports/Amenagement-et-developpement-durables/Enquetes-publiques/Enquetes-ICPE

Là, vous pourrez écrire vos remarques.
Pensez à indiquer vos coordonnées pour bien personnaliser votre message.

Vous avez jusqu'au 6 juin pour vous manifester et faire vos remarques. Plus il y aura de messages, plus les autorités françaises auront à réagir.

Voici quelques éléments relevés côté français que les Suisses peuvent reprendre pour faire réagir le commissaire enquêteur:

1.      Les enjeux sont importants, puisqu’il s’agit de l’avenir des paysages visibles depuis Jougne, Entre les Fourgs et au delà, de la valeur des investissements immobiliers, de l’attrait touristique de ce secteur, et de nombreux autres éléments.

2.   La convention d’Aarhus, dans une directive européenne, impose à toutes les collectivités de donner toute l’information dont elles disposent en matière d’environnement. Hors à ce jour par exemple, ni les collectivités en charge de l’enquête, ni KohleNusbaumer ne reprennent et communiquent les éléments d’analyse qu’a rédigé le Parc Naturel Régional du Haut Jura côté français, dans son guide de développement de l’Eolien dans le Parc du Haut Jura (guide joint). Guide édité en décembre 2016 (simple à lire, c’est édifiant quand on connait le contenu du rapport de KohleNussbaumer). Le Parc a développé un argumentaire concernant les zones de continuité écologique à préserver, les cœurs de biodiversité à protéger, les sites remarquables à conserver, le respect des habitants des paysages et de l’environnement. Le parc rappelle que les effets de dominance et/ou de permanence visuelle doivent être évités. De par leur position par rapport au site d’implantation des éoliennes, Jougne, Entre-les-Fourgs, la Ferrière-Sous-Jougne seraient clairement victimes de dominance et de permanence visuel puisque Jougne, implanté sur des pentes faisant face aux éoliennes, est exposé à la permanence visuelle le long de très nombreuses rues du village, et Entre les Fourgs et la Ferrière sont victimes de dominance visuelle puisqu’en position de contre-plongée prononcée par rapport aux éoliennes géantes. Au regards des éléments d’analyse du Parc, le Parc a établi les secteurs où l’implantation des éoliennes n’est pas compatible avec la préservation des paysages et de la biodiversité. Voici une copie de la carte montrant toutes les zones d’exclusion. Superposé, la localisation de la commune de Jougne et la localisation du projet éolien à quelques mètres seulement de la commune de Jougne. La commune de Jougne est intégralement dans la zone d’exclusion pour les raisons suivantes au moins:
- sa proximité avec le site paysager et sonore remarquable des falaises du Mont d’Or,
-son aire de présence du grand tétras, 
- ses 2 monuments historiques (monument aux morts et chapelle)
- son paysage de type « Mont et Sommet à dominante d’Alpage et de forêt d’altitude ».


Je cite le Guide pour le développement de l’éolien du Parc du Haut Jura : le type paysager « Mont et sommet à dominante d’alpage et de forêt d’altitude » inscrit au Plan de Parc : à partir de l’analyse croisée des enjeux liés à cette unité paysagère, notamment en termes de soumission à la vue et d’ampleur de vue, le Parc considère que l’implantation d’éoliennes n’est pas compatible avec les objectifs de préservation du caractère emblématique des paysages concernés.

3. Les photomontages fournis par les promoteurs font preuve d'une manipulation crasse et ne correspondent pas à la réalité du paysage perçu depuis le côté français.
Par exemple, toutes les photos dans ce dossier, prises coté français, souffrent d’au moins un des défauts suivants:
- un contrejour atténuant l’imposante silhouette des éoliennes. Exemple :

- photos prise de loin, alors qu’il y a de nombreux points de vues dans Jougne qui auraient montré le projet sous un angle beaucoup plus effrayant (nous y travaillons). Exemple :

- photos prises en grand angle et très près de monuments caractéristiques du village de Jougne, ce qui réduit et écrase artificiellement la taille des éoliennes sur les photos. (La perspective s’approche vraiment de celle vue par l’œil humain que lorsque la photo est prise avec un objectif de 50mm de distance focale. Ce n’est pas le cas sur ces photos). Exemple :


Le choix de toutes les prises de vues publiées dans ce rapport, représente un des signes traduisant le caractère mensonger et erroné du rapport.


Bref, il y a de quoi faire des remarques et il ne faut pas s'en priver. La mobilisation des deux côtés de la frontière a bien fonctionné pour la mise à l'enquête suisse. Il faut qu'elle fonctionne de même pour la mise à l'enquête française.

Nous comptons sur vous !


mercredi 10 mai 2017

Communiqué Paysage Libre Suisse

Voici le communiqué de presse de Paysage Libre Suisse concernant l'argent distribué par l'Etat (donc nous) à Suisse Eole pour faire du lobbying et placer à tout bout de champ les mots éoliennes, jolies, efficaces (et j'en passe) dans les bouches de Mmes Chevalley ou De Quattro...



Vous pouvez aussi l'atteindre en cliquant ici !

mardi 2 mai 2017

L'éolien, un ami qui vous fait du mal

C'est le titre de ce documentaire sur l'impact des éoliennes sur la santé.
Le lien direct pour le voir sur Youtube, c'est ici !

lundi 24 avril 2017

Nombre d'oppositions Bel Coster

Voici donc le bilan officiel de la mise à l'enquête Bel Coster. Intéressant le sceau des communes en bas à gauche !
Bon, ils n'ont pas voulu faire le total, mais nous voulons bien nous charger de ce plaisir car c'en est un.
312 oppositions suisses qui représentent 412 opposants (donc personnes)
143 oppositions françaises qui représentent 194 opposants
Total: 455 oppositions qui représentent 606 opposants !
C'est un résultat magnifique.
Quand on s'amuse comme KohleNusbaumer à interpréter les chiffres, on voit que 199 personnes vivant à moins de 3 kilomètres d'une éventuelle éolienne ont fait opposition. Ce n'est vraiment pas rien.
Reste maintenant à voir comment seront traitées ces oppositions et par qui...



vendredi 14 avril 2017

Opposition Pro Natura

Vous pouvez trouver l'opposition au projet Bel Coster faite par l'association Pro Natura en cliquant ici !
Là encore, cela vaut la peine de la lire. Ça permet d'avoir encore plus d'arguments contre la pose de ces machines sur le Jura.
Merci à Pro Natura de nous avoir permis de vous la mettre à disposition.

mardi 11 avril 2017

Opposition PLVD Bel Coster

Vous pouvez consulter l'opposition qui a été envoyée aux trois communes de Ballaigues, Lignerolle et L'Abergement par l'association Paysage-Libre Vaud (PLVD). Vous la trouverez en cliquant ici.
Cela vaut vraiment la peine de prendre le temps de la lire.
Bonne lecture !

dimanche 2 avril 2017

Opposition de SOS Jura Vaud Sud

Vous trouverez l'opposition formulée par SOS Jura Vaud Sud en cliquant sur le lien ci-dessous:
Opposition à Bel Coster de l'association SOS Jura Vaud Sud

pétition en ligne contre les éoliennes de Bel Coster

Une pétition sur le site Change.org a été lancée par un habitant de Jougne. Si vous souhaitez la signer, cliquez sur le lien ci-dessous:
pétition contre des éoliennes sur Bel Coster

Et n'hésitez pas à partager le lien !

mardi 14 mars 2017

Mise à l'enquête Bel Coster

Voilà, cette fois-ci, c'est vraiment lancé. La mise à l'enquête pour le parc de Bel Coster va durer du 14 mars au 12 avril 2017. C'est le moment de se mobiliser et de réunir un maximum d'opposition. L'idéal serait d'avoir des oppositions individuelles plus que des oppositions collectives. 250 oppositions individuelles marquent plus l'opinion qu'une opposition signée par 500 personnes...
Nous vous proposons une marche à suivre pour réaliser votre opposition. Vous y trouverez les éléments à avoir ainsi qu'une série d'arguments. A vous de sélectionner ceux qui vous touchent le plus et de composer votre propre opposition. N'hésitez pas à ajouter des éléments que nous aurions omis. Vous pouvez trouver cette marche à suivre en cliquant à cet endroit.
Modifiez-la à votre gré et n'oubliez pas de l'envoyer avant le 12 avril. N'hésitez pas à motiver un maximum de personnes à faire cette démarche en leur envoyant le lien ou en leur mentionnant ce site.

dimanche 12 mars 2017

Et si on regardait du côté de nos voisins ?

C'est vrai que la Suisse n'a pas une grande expérience en éoliennes. Par contre, si on va voir du côté allemand, cela peut donner cette vidéo:

Fin d'hibernation

L'hiver, saison paraît-il propice aux éoliennes, touche à sa fin et l'actualité éolienne revient au premier plan de l'actualité de notre région. Après Vallorbe, Vaulion et Premier avec Sur Grati, après La Vallée de Joux et son Eoljoux, après Mont-la-Ville, La Praz et Juriens avec le Mollendruz, voici venir Ballaigues, Lignerolle et L'Abergement avec le projet Bel Coster. La mise à l'enquête va être lancée cette semaine, mardi pour être précis. Nous ferons tous les efforts possibles pour vous proposer un modèle d'opposition avec un argumentaire que vous pourrez télécharger mardi soir. Nous aurons besoin de votre aide et de votre mobilisation pour montrer le refus d'un tel projet.
A mardi donc !

lundi 28 novembre 2016

étude centre ornithologique de Sempach

Voici les résultats d'une étude toute récente de Sempach concernant les éoliennes de Peuchapatte:

Oiseaux migrateurs et énergie éolienne: une première étude sur le nombre de victimes compte tenu de l’intensité migratoire

Berne, 28.11.2016 - Les collisions entre les oiseaux migrateurs et les éoliennes figurent parmi les principales pierres d’achoppement en matière d’exploitation de l’énergie éolienne. Pour évaluer les effets des éoliennes sur les oiseaux migrateurs, il convient de connaître d’une part, le nombre d’oiseaux qui passent à proximité des éoliennes et d’autre part, le nombre d’oiseaux victimes de ces installations. Sur mandat de l’Office fédéral de l’énergie, la Station ornithologique suisse de Sempach a réalisé la première étude internationale permettant de connaître ces paramètres. Pour ce faire, l’intensité migratoire a été mesurée à l’aide d’un radar calibré, parallèlement à la recherche systématique des victimes, sur le site du Peuchapatte (Jura). Selon les résultats de l’étude, chaque éolienne fait en moyenne 20,7 victimes par an.
L'étude s'est déroulée de février à mi-novembre 2015 au Peuchapatte, situé à 1100 m d'altitude sur le territoire de la commune de Muriaux (JU). Trois éoliennes de type Enercon E-82 d'une hauteur totale de 150 m (rotor inclus) ont été installées sur ce site en 2010. Pendant 85 jours, les environs des éoliennes ont été scrupuleusement examinés pour repérer les victimes dans un périmètre de 100 m (50 m pendant 15 jours en plein été) autour des installations. Ont été pris en compte lors de l'évaluation des données l'efficacité des recherches, la proportion des victimes restant sur place chaque jour et la probabilité qu'un oiseau entré en collision avec l'éolienne tombe sur la surface d'observation. Les calculs visant à déterminer le taux de collision absolu ont été effectués avec prudence. Parallèlement, l'intensité de la migration a été mesurée en continu (24 heures sur 24) pendant 265 jours (du 26 janvier au 17 novembre 2015) à l'aide d'un radar de type BirdScanMT1.
Les calculs ont donné une valeur moyenne de 20,7 victimes par éolienne et par an. Les victimes de collision étaient principalement de petits oiseaux volant de nuit comme les roitelets et les grives mais aussi les martinets et les colverts. La plupart des victimes radiographiées présentaient des fractures des os. Les collisions ont surtout été observées pendant les périodes de migration au printemps et en automne. Elles ne se limitaient cependant pas uniquement aux périodes de forte intensité migratoire au niveau des éoliennes. Cela tend à prouver que le lien entre l'intensité migratoire et le nombre de victimes pendant la migration est plus complexe qu'on ne pouvait le croire jusqu'ici. Les différentes conditions de visibilité imputables à la météo pourraient également jouer un rôle très important. Il conviendrait à cet égard de mener des études plus approfondies.
La région du Jura qui a fait l'objet de l'étude présente une densité migratoire plutôt élevée à l'échelle de la Suisse. Les résultats devraient pouvoir être extrapolés à des sites dont la topographie est analogue et à un spectre plus large d'oiseaux, donc à la plupart des oiseaux migratoires, lesquels se déplacent le plus souvent de nuit et ne sont pas dépendants de l'ascendance thermique. Les résultats ne sont cependant pas représentatifs pour des sites dans les Alpes ou sur le Plateau. Il est par ailleurs difficile de savoir dans quelle mesure ils pourraient être extrapolés à des éoliennes plus grandes ou plus hautes car celles-ci influencent davantage le flux migratoire.