Pourquoi Jura Vaud Sud ?

Pour que Sur Grati, Mollendruz, Les Grands Plats et Bel Coster soient sans éoliennes.

mercredi 6 juillet 2016

Montagne de Buttes

Voici le communiqué de presse suite à la mise à l'enquête du parc de la Montagne de Buttes.

Presque  1350 oppositions au parc éolien industriel de la Montagne de Buttes : un succès qui dépasse toutes les attentes

1347 personnes ont signé l’opposition collective au parc éolien industriel de la Montagne de Buttes coordonnée par l’Association Les Travers du Vent. Le nombre exceptionnellement élevé des opposants exprime le refus de sacrifier un patrimoine unique pour une énergie tout sauf verte.

La grande majorité des signataires de l’opposition collective (47%) sont des résidents du Val-de-Travers, directement impactés par la construction des 19 éoliennes du parc éolien de la Montagne de Buttes. Le projet de parc a suscité également des oppositions dans les régions voisines du Canton de Neuchâtel (13%), de Vaud, et en France, qui auraient elles aussi à subir les conséquences de cette vaste zone industrielle. S’y ajoutent les signatures de personnes vivant plus loin du parc et qui sont étroitement attachées au Val-de-Travers pour les espaces de détente, d’activités sportives et touristiques qu’il offre.

Imposé de l’extérieur par des entreprises genevoise (SIG) et fribourgeoise (Groupe E), ce projet démesuré ne recueille manifestement pas l’assentiment de la population, malgré les assurances des autorités. Notre région n’y gagnerait rien, pas plus que l’environnement ou le climat, bien au contraire.

En tenant compte de tous les parcs éoliens planifiés tant sur sol neuchâtelois que vaudois, le Val-de-Travers devrait héberger à lui seul environ 12% des éoliennes prévues par la Confédération dans le cadre de sa stratégie énergétique 2050, alors qu’il représente moins de 0.2% de la population suisse. Le clivage régional est flagrant et injustifié : la carte des vents récemment actualisée par l’Office fédéral de l’énergie montre que des régions suisses très intéressantes en termes de vent sont totalement épargnées par les projets éoliens.


Les Travers du Vent osent espérer que les autorités communales et cantonales, ainsi que les promoteurs, ne resteront pas sourds au message ainsi lancé par la population. Fort du large soutien qui lui est ainsi témoigné, l’Association combattra le projet jusqu’au bout.

Sondage

Vous pouvez donner votre avis dans un sondage sur le site de la Radio du Jura Bernois (RJB) concernant les parcs éoliens. 
C'est une manière de montrer votre opinion.
Pour y arriver, cliquez ici.

dimanche 12 juin 2016

Montagne de Buttes

Ça ne concerne pas directement notre association, mais ça fait partie des innombrables éoliennes prévues dans le Jura. Ce coup-ci, c'est le Jura neuchâtelois qui est touché, mais tout le monde peut faire opposition. On peut surtout signer une opposition collective et la renvoyer avant le 28 juin. Il faut montrer que ce qui se passe dans le canton voisin ne nous est pas indifférent. L'objectif principal est d'être nombreux !
Pour les renseignements précis concernant ce projet, consultez le site de l'association Les Travers du Vent.
Téléchargez donc l'opposition collective ici , imprimez-la, signez-la et diffusez-la autour de vous !

Conférence de Philippe Roch à La Vallée

Notez bien le 23 juin sur vos agendas et déplacez-vous pour aller écouter Philippe Roch. Incitez aussi votre entourage à faire le déplacement.

dimanche 5 juin 2016

Communiqué suite à la votation de Vallorbe

Voici le communiqué de presse suite à la votation du 5 juin à Vallorbe:

 PROJET EOLIEN SUR GRATI
Prise de position de SOS JURA Vaud Sud après la votation du 05.06.2016
La population de Vallorbe accepte le projet de parc éolien Sur Grati
- Il y a 2 ans, lors de la mise à l’enquête, quelques citoyens ont pris conscience du projet et de ses nuisances, et se sont réunis pour s’y opposer.
- Autour d’eux, ce sont environ 120 membres cotisants et actifs, et de nombreux donateurs qui ont mené le débat, lequel a abouti au résultat que l’on sait.
- Ils n’avaient que leurs moyens personnels, forcément limités, leur conviction, leurs arguments et leur force de persuasion, alors qu’en face se trouvaient les autorités locales, la logistique de la Société d’électricité, le conseil du lobby éolien, des entreprises actives dans l’éolien et l’appui de notables de différents partis de tout le Canton.
- Le comité référendaire était bien conscient de ce déséquilibre des forces en présence et du risque de ne pas aboutir à l’abandon du projet par la voie des urnes.
- Sachant cela, il avait parallèlement fait recours commun avec plusieurs dizaines de citoyens auprès du Tribunal Cantonal.
- Ce recours, tout comme ceux déposés par Pro Natura, ASPO Birdlife, Helvetia Nostra, la Fondation suisse pour la protection et l'aménagement du paysage, Paysage-Libre Vaud, promet une longue bataille juridique, avec à terme l’abandon du projet, nous en sommes convaincus.

SOS JURA Vaud Sud, Vallorbe, 05.06.2016

mercredi 1 juin 2016

Carte des projets éoliens suisses

Voici un lien pour une carte qui permet de voir où se trouvent les différents parcs éoliens prévus en Suisse. Ça peut être utile si vous songez déménager bientôt ! Il suffit de cliquer sur les zones colorées et vous avez les données prévues.

lundi 16 mai 2016

Emission Vacarme RTS

Le sujet de l'émission Vacarme de la radio La Première était les éoliennes et ça se passait à Vallorbe. Vous pouvez l'écouter en cliquant ci-dessous. Vous vous retrouverez sur la page de l'émission.

mercredi 11 mai 2016

Actions pré-votation



Vous pouvez télécharger ce prospectus en cliquant ci-dessous ou en allant dans la page prospectus.
prospectus à télécharger
N'hésitez pas à le diffuser.

jeudi 21 avril 2016

Site internet à visiter et à faire visiter

Que de sites ou blog pour un seul parc éolien ! Après le site des promoteurs et celui de l'association Oui-Grati, après un groupe facebook, après le blog sur lequel vous vous trouvez, voici un très joli site (joli puisque opposé au projet Sur Grati) à voir absolument. Belles photos, beaux textes, belles analyses. Bref, allez-y en cliquant ici.

samedi 16 avril 2016

Article 24 heures 14.04.2016 (auteur Erwan Le Bec)

Les Vallorbiers voteront sur le parc éolien

EnergieLe projet de Sur Grati devra essuyer un référendum populaire à Vallorbe. La portée du vote pourrait avoir des incidences concrètes.

Le projet des éoliennes de Sur Grati, vues ici depuis le centre de Vallorbe, alimente le débat depuis plusieurs semaines. Les opposants demandent un référendum alors que les communes voisines soutiennent mordicus le projet.
Le projet des éoliennes de Sur Grati, vues ici depuis le centre de Vallorbe, alimente le débat depuis plusieurs semaines. Les opposants demandent un référendum alors que les communes voisines soutiennent mordicus le projet. 
Image: PHOTOMONTAGE/VO ENERGIES EOLE SA

Il y aura bel et bien un référendum populaire sur le parc éolien de Sur Grati. Ce projet de six éoliennes de 207 m de haut (149 m au rotor), lancé par les communes de Vaulion, de Vallorbe et de Premier, a reçu mercredi une liste de 551 paraphes – sur les 383 nécessaires – demandant la mise en place d’un scrutin populaire à Vallorbe. 
Les opposants sont parvenus à faire signer plus de 20% du corps électoral. Si les signatures sont validées par le greffe, le référendum contre le plan d’affectation pourrait avoir lieu en juin. «C’est une menace sérieuse pour le parc, lance François Leresche, membre de SOS Jura Vaud (Sud). Nos recours contre la levée de nos oppositions ont également été déposés auprès du Tribunal. Il y a deux démarches parallèles.»
Là où la chose se complique, c’est que le référendum, lui, ne porte que sur la commune de Vallorbe: le bourg participe au projet via la construction d’une centrale électrique au Day, mais aucune éolienne n’est prévue sur son territoire. Tout au plus est-il concerné par une portion de route d’accès. En théorie, avec ou sans la Cité du fer, rien n’empêcherait dès lors les communes de Vaulion et de Premier ainsi que le promoteur VO Energies de relancer le parc. Les Conseils de Vaulion et de Premier avaient accepté le projet à une écrasante majorité en avril 2015. Et aucun référendum n’y a été déposé.
«Ce parc, on le fera, lance Etienne Candaux, syndic de Premier. On préfère le faire avec Vallorbe, c’est un projet collectif. Mais on a déjà investi de l’argent et fait toutes les études d’impact. La seule chose que parviendront à faire les opposants, c’est nous faire perdre du temps et de l’argent.» On évoque moins d’un an de procédure. Le discours est un peu plus nuancé à Vaulion. «Si la question venait à se poser, il faudrait savoir si on veut maintenir ces éoliennes à côté d’une population qui les a refusées, réfléchit le syndic, Claude Languetin. C’est une question d’éthique régionale.»
Coup de pouce pour les finances des communes
Ce qui motive les villages? D’abord, assurent-ils, le développement durable. «Le Jura peut faire sa part dans la transition énergétique», répète Etienne Candaux. Mais aussi un coup de pouce non négligeable du projet pour les finances de ces petites communes. Entre les mesures compensatoires, l’exonération de taxes et la construction de conduites ou de routes, l’apport du parc éolien aux villages se chiffre à «plusieurs centaines de milliers de francs».
L’élément sur lequel misent les opposants locaux, c’est surtout la lourdeur de la procédure. «Ils devront tout reprendre: plan d’affectation, mise à l’enquête… En cas de non à Vallorbe, le projet est mort sous sa forme juridique actuelle», table François Leresche. Reste que tout le dossier, validé par le Canton, ne sera toutefois pas à jeter. Notamment les études d’impact, qui restent valables. En clair, il s’agit seulement de modifications. «Ce serait remettre les compteurs à zéro, concède la directrice de VO Energies, Martine Favre. Mais à ce jour, on n’a pas décidé d’arrêter. Nous avons deux mois pour expliquer le potentiel de ce parc aux Vallorbiers. C’est une opportunité.»

Commentaire personnel: Remarquez comme les pales des éoliennes prévues sont très discrètes ! Ce seront probablement les plus discrètes de Suisse, que dis-je ? d'Europe, voire même du monde !

532

Voilà, le nombre officiel est tombé: 532 signatures ont été déclarées valables. Un vote de la population vallorbière aura bien lieu.

mercredi 13 avril 2016

Référendum communal Vallorbe

Plus de 550 signatures ont été déposées cet après-midi au greffe de la commune de Vallorbe. Il en fallait 383 pour qu'un vote populaire soit organisé. Même en comptant quelques signatures refusées, le compte y sera.
Un immense merci à toutes les personnes qui ont oeuvré pour récolter tous ces paraphes.
La prochaine étape sera donc une votation qui devrait avoir lieu au mois de juin 2016.

lundi 11 avril 2016

Article Philippe Roch JFW

Voici un article écrit par Philippe Roch dans le Journal de Franz Weber. Désolé pour la qualité du fichier. Les bords sont un peu grignotés, mais on arrive à compléter aisément. Cet article est vraiment très intéressant et à partager avec un maximum de monde.

vendredi 1 avril 2016

Forum La Première 31 mars 2016

Un débat a eu lieu dans l'émission Forum sur La Première suite à l'article de Patrick Eperon, délégué Transport et énergie au Centre patronal vaudois. Son interlocuteur était Pierre Gautier, membre du comité de Suise-Eole, administrateur des SIG et président du conseil d'administration d'Ennova.

Vous pouvez l'écouter ci-dessus.

lundi 28 mars 2016

Article Patrons mars 2016

Un article du magazine Patrons de mars 2016. Ça commence à réfléchir différemment dans certains milieux !



Pour le télécharger en pdf, voici un lien:
article Patrons mars 2016

mercredi 23 mars 2016

Emission France Inter

Grâce au lien ci-dessous, vous pouvez écouter l'émission Un jour en France sur les éoliennes. Elle a été diffusée le 16 février.

dimanche 20 mars 2016

Réunion 22 mars

Une réunion avec un avocat aura lieu le mardi 22 mars à 16h à l'Auberge communale de Vallorbe.
L'ordre du jour est: un recours pour les privés ?
Toutes les personnes qui ont fait opposition ou qui en ont signé une (ce sont elles et elles seules qui peuvent faire un recours) ainsi que toutes celles qui auraient aimé le faire sont invitées à venir pour prendre conscience de ce que cela représente.

Du côté de La Vallée

Les parcs éoliens situés très près de la frontière semblent poser quelques difficultés d'interprétation des accords internationaux, comme le mentionne cet article de la Tribune de Genève (écrit par Erwan Le Bec) que vous trouverez en cliquant sur le lien ci-dessous.

La France veut éviter d’autres imbroglios éoliens à la frontière

DiplomatiePrévu à deux pas de la frontière, le parc d’Eoljoux avait déclenché un bras de fer international. Les diplomates tentent d’esquiver un nouveau clash.

Le Canton prévoit plusieurs parcs éoliens près de la frontière. Après la grogne provoquée par le projet Eoljoux, la France veut uniformiser les procédures.
Le Canton prévoit plusieurs parcs éoliens près de la frontière. Après la grogne provoquée par le projet Eoljoux, la France veut uniformiser les procédures. Image: DR: EOLJOUX
Alors que le Canton prévoit pour l’heure quatre parcs éoliens dont les pales seront visibles de l’autre côté de la frontière, la France et la Suisse veulent éviter un nouvel incident diplomatique sur les alpages du Jura.
Premier et dernier en date, le projet Eoljoux s’était attiré les foudres des riverains et, à les entendre, de la moitié de l’Hexagone. Et pour cause. Porté par les communes de la Vallée, ce parc de sept éoliennes de 200 mètres de haut est prévu sur un plateau situé à 3 km du Brassus. Et à 200 mètresdes premières maisons françaises de Bois-d’Amont, à en croire les détracteurs du parc. C’est la mise à l’enquête du plan d’affectation qui avait mis le feu aux poudres. Tant les voisins que le maire et plusieurs sénateurs s’étaient dits outrés d’être, officiellement, avertis au dernier moment. Bref. Après des appels aux ministres français, des pétitions et une demande officielle de renoncement au projet vaudois, l’affaire n’est à ce jour de loin pas réglée. Le préfet du Jura français doit même prochainement se rendre à la Vallée.
Cette légère odeur de surchauffe électrique dans les relations de bon voisinage, les diplomates entendent désormais la court-circuiter. Fin janvier, à Lausanne, la délégation française du dernier Dialogue transfrontalier a demandé, et obtenu, la création d’un groupe de travail pour uniformiser les procédures.
Ce qu’ils demandent? Plus de fluidité. «Actuellement, il y a comme un flou juridique, résume Thierry Brunet, chargé de mission de coopération transfrontalière à la préfecture de la région Bourgogne-Franche-Comté. Les dossiers arrivent tard dans le processus, et prennent du temps à faire le circuit complet. Les préfets n’ont ensuite que peu de temps pour évaluer si leur territoire est impacté ou non par les éoliennes suisses.» Pionnier en son genre, le dossier Eoljoux avait été envoyé «la veille» par le Canton au Ministère de l’environnement, avec copie au département du Jura. Il avait été retourné depuis Paris en plein pendant les élections, pour le pataquès qu’on connaît.
Anticiper
Les diplomates proposent de mettre au point deux méthodes communes: un meilleur délai, et un contenu adapté des dossiers. A ce jour, Français et Suisses divergent sur l’interprétation des conventions internationales (lire ci-dessous), avec pour effet une mésentente sur la mise à l’enquête du parc.
A l’avenir, les territoires français concernés devraient pouvoir être officiellement prévenus plus tôt des enquêtes – on parle dans l’idéal de trente jours – et au moyen de «pièces de dossiers» compatibles avec les procédures hexagonales. En clair, l’idée est de désamorcer plus rapidement les inévitables tensions provoquées par les parcs vaudois repoussés aux confins du canton.
Pas de quoi rassurer les élus français pour autant. «Plus il y a de concertation en amont, mieux c’est, réagit le maire de Bois-d’Amont, François Godin. Mais c’est trop tard pour nous. On nous a informés au début, mais la technique a évolué plus vite que le processus. On a appris tardivement que ce seraient des éoliennes hautes de 200 mètres. On comprend la souveraineté des Suisses, mais ici les gens ont eu l’impression de subir.»
Auteur d’une interpellation de la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, le sénateur du Jura Gérard Bailly a été averti du lancement de ce groupe de travail par le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault. «Au moins on est pris au sérieux, sourit-il. Mais tenir au courant n’est pas tout. Il faut surtout que les Suisses poussent les études d’impact des deux côtés de la frontière. Les éoliennes ne doivent pas altérer les relations entre les communes.»
Reste que du côté suisse, le projet peine à déclencher les passions. Le Canton refuse pour l’heure de se prononcer sur une démarche nationale, tandis que Berne précise que, si les principes sont convenus, rien n’est encore formellement défini. (TDG)

Un casse-tête juridique
Quels sont les délais pour tenir informé son voisin d’un projet impactant d’une manière ou d’une autre son territoire? En matière d’éoliennes, il y a pour l’heure une école française, et une approche toute vaudoise. Les juristes suisses se basent sur plusieurs éléments. Il y a tout d’abord la LAT, qui stipule que les cantons doivent collaborer avec le pays voisin. Sans plus de précisions. 
S’y ajoute le jugement rendu par le Tribunal cantonal à propos du projet éolien de Sainte-Croix. Aux opposants, la Cour avait rétorqué que la convention internationale en matière de construction transfrontalière, la convention dite d’Espoo, ne s’appliquait pas, puisque les éoliennes ne figuraient que dans une liste qui n’est formellement pas encore entrée en vigueur. Et ce quand bien même la Suisse et la France l’avaient ratifiée. Pour les juristes de l’Hexagone en revanche, la même convention reste toutefois ouverte quant au type de construction pouvant impacter le voisin, et ce même sans citation explicite. 
Reste que, pour l’heure, aucun texte ne mentionne de délai obligatoire. Le dialogue transfrontalier a encore des progrès à faire.

dimanche 13 mars 2016

Du côté du Valais

Pendant que nos conseils communaux acceptent pour la plupart facilement la pose d'éoliennes, il n'en va pas forcément de même en Valais (même si c'était serré). Voici un article du Nouvelliste:

Parc éolien de Morgins: le non de l'assemblée bourgeoisiale



ENERGIE - L'assemblée primaire bourgeoisiale de Troistorrents a refusé lundi soir d'octroyer un droit de superficie à Romande Energie en vue de la construction d'un parc de sept éoliennes sur les hauts de Morgins. Par une petite voix d'écart.
L'assemblée était fournie, le débat a été long. Et émotionnel. Alors qu'en 2008, l'assemblée bourgeoisiale avait approuvé à l'unanimité le principe du développement d'un projet éolien sur le territoire de Troistorrents, elle a refusé lundi soir d'octroyer à Romande Energie un droit de superficie pour construire un parc de sept éoliennes un sur le site de la Chaux de Bellevue, sur les hauts de Morgins.
L'enveloppe financière était estimée à 25 millions de francs, pris intégralement en charge par la société d'électricité.
Le scrutin s'est déroulé à bulletins secrets et une seule voix, sur 221 bulletins valables, a fait pencher la balance en faveur du non (110 oui, 111 non).